Le Mythe de Gaïa Index du Forum
Le Mythe de Gaïa
Saga fantastique pour la jeunesse
 
Le Mythe de Gaïa Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Quand il est plus clair de commencer par le commencement... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Mythe de Gaïa Index du Forum -> Les chroniques du lutin -> Présentation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
lutin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2011
Messages: 9
Localisation: sur un nuage

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 12:42 (2011)    Sujet du message: Quand il est plus clair de commencer par le commencement... Répondre en citant

Certains m'auront sûrement déjà reconnu... C'est moi le lutin. On pourrait ajouter farceur, je me défendrais en disant que la vie ne serait pas si attrayante si elle ne comportait pas un peu de piquant.
Voilà déjà plusieurs millénaires que la vie m'habite. Chez moi, il y avait un terme bien spécifique pour ce type de chiffrement, mais je ne trouve pas de correspondance. Vous les humains êtes assez limités. Je m'en suis aperçu lorsqu'on m'a signifié une erreur dans ma date de naissance lors de mon inscription...
Le nom de ma planète en langage terrien donnerait un assemblage de consonnes imprononçable, aussi me contenterai-je de vous indiquer qu'il s'agit d'une petite planète de 1000 kilomètres de diamètre, sur laquelle il fait froid à longueur de journée. Le seul astre éclairant parfois nos terres est une lune, et le blanc s'étend à perte de vue.

Autant dire que sans les lignes élémentaires, la vie ne serait pas développée sur notre pauvre petite planète froide.

L'histoire de mon peuple datant de bien avant ma naissance, je ne connais pas l'exact passé de notre civilisation. Mais il me paraît évident que notre arrivée sur ma planète - appelons-la Kepsa - date d'une vague d'immigration relativement récente. Comme vous pouvez le deviner, la vie sur Kepsa était morne et peu instructive. Je m'en suis donc vite lassé.

Pour des raisons évidentes de commodité, je souhaiterais introduire une nouvelle mesure : le paquet d'années. Un paquet d'années équivaut à cent milliards d'années.

Comme je le disais plus tôt, j'ai très vite quitté ma planète native, j'avais environ 13 paquets d'années. Quelques uns de mon espèce avaient déjà tenté l'aventure, certains s'étaient établis sur des planètes proches, d'autres n'avaient jamais réaparu. Moi, je désirais partir le plus loin possible, découvrir l'immensité et m'approcher des limites de l'univers. Dans les premières années de notre civilisation un théoricien avait émis l'hypothèse suivante : l'univers est infini, nous n'en verrons jamais le bout.
Je voulais vérifier. La nature m'avait fourni des paquets d'années à l'infini, j'avais donc tout le temps de partir à la découverte de cette immensité noire.

J'ai beaucoup voyagé, j'ai découvert d'autres systèmes, d'autres planètes, d'autres formes de vie... Mais aucune n'a su me retenir. J'ai donc poursuivi mon voyage, errant comme une âme sans attache.

Et j'ai découvert la Terre.
Pire, j'ai découvert ses habitants.

Si les populations de l'univers devaient concourir pour la palme de la stupidité, je crois que les terriens arriveraient en tête. Et malheureusement pour eux, c'est la seule pour laquelle ils auraient pu oser participer.
Jamais je n'avais vu de peuple aussi démuni, aussi pauvre physiquement, et mentalement. J'ai d'abord pris ces êtres en pitié, et me suis ravisé en constatant qu'ils trônaient au sommet de la chaîne alimentaire. Alors j'ai compris. L'immortalité était pour moi et les autres peuples une chose si communément admise qu'elle était évidente. Pourtant, pour la première fois de ma vie, j'observais avec effarement un peuple périssable, au taux de mortalité si élevé qu'au moins un individu tombait toutes les secondes.

J'ai tâché de comprendre pourquoi ce peuple aux allures parfaites était raté, et pour la première fois de mon existence, j'ai fait face à quelque chose que je ne comprenais pas. Vous étiez ratés, vous mourriez, mais vous ne cessiez de vous battre. Pire que cela, vous oubliez tout le savoir accumulé au cours des ans.

La présence de tels êtres au sein de l'univers m'a profondément perturbé, et a retardé de quelques jours mon départ. Une poussière dans mon éternité, mais qui a pourtant suffi à décider de mon futur.

J'ai fait la connaissance d'un être merveilleux, perdu lui aussi dans l'univers, loin de sa planète d'origine. Nous avons beaucoup discuté et avons longuement devisé sur les choses de la vie, si bien que ma décision fut prise avant même de l'avoir pensée.

Quelques mois plus tard, j'emménageai dans mon nouveau chez moi, que je n'ai plus quitté depuis 3000 ans.

Au centre de mon histoire, cette planète Terre horriblement banale, sans qui rien ne serait arrivé...
_________________
J'ai passé mes premiers milliards d'années sur ma planète. J'ai parcouru l'univers pendant quelques siècles. J'ai erré sur la Terre plusieurs mois. A présent, je rêve d'évasion...


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Fév - 12:42 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Mythe de Gaïa Index du Forum -> Les chroniques du lutin -> Présentation Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com